Partagez
Aller en bas
avatar
Agent
Messages : 7
Date d'inscription : 01/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Vagabondages I

le Sam 16 Juin - 1:40
Plus que trente secondes sur l'horloge. Mon adversaire suait à grosses gouttes devant l'échiquier alors que je dégustais tranquillement un verre de bourbon. Vautré sur ma chaise, j'admira cet homme: Victor Kortchnoï, l'un des meilleurs joueurs d'échec de son temps. Nous sommes en 1979. Victor et moi disputions la finale du championnat du monde. Bien que je ne cours pas ces événements, celui-ci s'imposa comme exception. Pour la première fois depuis son exile, ses ex-collègues soviétiques participèrent au même tournoi que lui. Et je doute de leur altruisme.

Vingt-cinq secondes. Malgré son avantage matériel, il peine à connecter ses tours. Sans parler de ses pions doublés. Victor est gourmand, et son avarice lui coûtera la victoire. Je sors une flasque et m'en remis une rasade. L'arbitre fit la grimace mais n'osa pas intervenir. Depuis la raclée mit à Karpov, on n'ose plus rien me dire. Sous le couvert d'une identité tchécoslovaque, on me regarde tel un homme mort. Avec raison, je vous laisse imaginer le comité d’accueil au joueur originaire d'un pays satellite après la honte collée à leur champion. Il faut dire, le bourbon est meilleur avec une pointe d'ironie.

Vingt-trois secondes. L'exilé déplace son roi. Choix judicieux, il prépare l'escalade. J'ajuste mes lunettes et laisse mon micro-ordinateur calculer la position. Bientôt, un dispositif me signalera par pression quel mouvement effectuer. Reine en F6. Un sacrifice donc, intéressant. Quelques cris étouffés se font entendre. Les rides de Victor se creusent. Il n'aime pas ça. Les cinq secondes récupérées seront bien vite perdues.

Vingt-deux secondes. Sans trop d'autres choix, le grand maître capture ma reine. La connexion des tours attendra. Plus besoin d'ordinateur, j'attaque de mon fou ses quelques pions. Capture immédiate par Kortchnoï. Il comprend, l'étau se serre autour du roi noir. Un déplacement de tour, échec au roi. Il le recule. J'avance alors un pion.

Victor contemple l'échiquier. S'écoulent quelques secondes. Il tend la main. Résignation et victoire. Il me tourne le dos avant même que j'eus le temps de lui servir un verre. Rigidité slave, un classique. Peut-être aurait-il resté à l'odeur de la slivovitz? Un autre monde nous le dira.

Mon délégué vient me chercher. Nerveux, il me félicite de ma victoire et me couvre de paroles réconfortantes. Cette victoire pourra peut-être me faire pardonner la débâcle du champion soviet. ''L'obscure joueur tchécoslovaque qui bat le traître Victor'' Bien tourné, peut-être que je pourrais devenir le nouveau symbole de propagande idéologique dans les nations satellites? La preuve de la supériorité slave! Il jubilait. J'esquisse un sourire. Cet homme vient de réaliser qu'il retrouvera une autre fois le corps nu de sa douce Stenka.

Bref, ma mission est terminée. J'ai empêché Victor de rencontrer Karpov en finale, m'assurant ainsi qu'aucun ''accident'' n'arrive avant la partie. Théoriquement, je devrais retourner à l'archivarium déposer mon rapport. Mais avant, je dois vérifier ce que l'on dit sur les Slaves et leur résistance aux nombreuses boissons de joie. Ce sera une dure soirée.
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 04/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vagabondages I

le Mer 27 Juin - 15:00
(La soirée était jeune, trop jeune encore pour réussir a montrer ses vrais couleurs, Maîîîîître se trouvais dans un bar qui se trouvais non loin du tournois et qui lui avais été chaudement conseiller. Une majorité Slave dominais les lieu et cela étais bien normal, mais par si par la quelque visage sortais du décors et réussissais a se mélanger a la foule qui se fessais de plus en plus nombreuse. Puis sans crier gare une bataille éclata, rien de bien exceptionnelle pour un lieu de la sorte, cependant, en y prêtant plus attention cette situation prit Maîîîître de questionnement. Il y avais 5 armoire a glace qui fessais face a un homme de taille normal, celui si portais un long manteau australien, un chapeau au large bord et de petite lunette ronde qu'il portais sur le bout de son nez. L'homme semblais sur de lui et avais une posture impeccable face a ceux qui lui lançait des insulte en slaves phonétiquement intraduisible. Puis aussi vite que le vent l'homme porta un premier coup au slave le plus proche et celui si tomba KO de tout son long au sol. Il était visiblement le chef de groupe puisque les 4 autres reculèrent avec peur a la vue de ce spectacle.)

Zamiel: Allez du vent, j'ai pas juste sa a faire de ma soirée les petits, donc sois vous rejoignez votre boss au sol ou bien vous me vider vos poche ici et maintenant et vous foutez le camps....

(Les 4 sbires se regardèrent sans savoir trop quoi faire, cette seconde d'attente étais visiblement de trop pour l'homme cars d'un seul autre coup il en jette un autre au sol. Sur cette action les 3 restant vidèrent leurs poche qu'il mirent sur le comptoir du bar et fuirent avec sous les bras leurs deux ami...)

Barman: Hey, je ne veux pas de ce genre de chose cher moi...

(L'homme regarda la montagne d'argent que les sbires venais de lui laisser... il la poussa en direction du Barman avec un léger sourir)

Zamiel: Tu nous fais une tourner général, tu garde le reste en pourboire et on en parle plus OK...

(Le barman fut surprit puis il tira la pile d'argent vers lui)

Barman: TOURNER GÉNÉRAL POUR TOUT LE MONDE!!!

(L'homme prit deux verre et alla en direction de Maîîîître, il prit place a ses coter et le regarda directement dans les yeux)

Zamiel: Vous n'êtes pas d'ici si je ne me trompe...

(Maîîîître regarda le 2e verre sur sa table qui était visiblement pour lui. Il leva la main pour le prendre mais il fut prit de vitesse par l'homme qui le prit avant lui avant de déposer son premier verre vide a sa place.)
avatar
Agent
Messages : 7
Date d'inscription : 01/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vagabondages I

le Mer 27 Juin - 19:54
(MaÎîîître leva le doigt sans quitter Zamiel des yeux. Le barman ne se fit pas attendre, un bourbon arrive sur la table. Une minute sans que personne ne bouge, le verre faisant office de défi. Zamiel finit par lâcher un rire bien gras et commanda son propre verre.)

Zamiel: Allons, allons, ne faîtes pas cette tête! La soirée est jeune!

(MaÎîîître rit à son tour et prit une gorgée)

MaÎîîître: Vous avez une belle droite. Rares sont ceux qui couchent en un coup des agents du KGB.

Zamien: Vous n'avez pas répondu à la question.

MaÎîîître: Et vous connaissez très bien la réponse.

(Des cris se faisaient entendre. D'autres Tchécoslovaques se foutaient allègrement sur la gueule alors que d'autres pariaient sur celui qui restera debout. Le barman regardait tranquillement la scène. Les batailles faisaient ensuite place à des réconciliations bien arrosées et il profitait d'une accalmie griller une cigarette de contrebande avant de servir d'autres verres.)

MaÎîîître: Pas subtil le manteau. Et sans parler de votre scène d'arrivée! Si j'apprécie habituellement une bonne mise en scène, là vous avez complètement ruiné mon plan. Les hommes que vous avez cogné devaient me tuer ce soir. Rétribution pour la défaite du champion russe. Manigance classique de la propagande, tuer un élément gênant et en faire un martyr communiste assassiné par de vils américains. Victor aurait été sauf et on en parlerait plus. Mais maintenant, avec les témoins dans le bar et vous a mes côtés, tout le monde me prend pour un espion américain!

Zamiel, en prenant une gorgée: Et alors?

MaÎîîître: ...

Zamiel: Avez-vous déjà renversé un gouvernement en une soirée

MaÎîîître: Jamais avant mon 3e verre

(Zamiel leva deux doigts et le barman s'affaira)

MaÎîîître: Aimez-vous le feu?

(Zamiel sourit et commanda 8 bouteilles de vodka ainsi que quelques chiffons.)
avatar
Archiviste
Messages : 21
Date d'inscription : 28/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vagabondages I

le Lun 2 Juil - 10:30
(8 bouteilles de Vodka plus tard)




GDV: (en mode Narrateur) Le réveille fut brutal, les corps étaient marquer de multiple bleue et plait, les yeux croûter avais mal a ouvrir et le soleil grillais lentement leurs carcasse étendu azzardement sur un terrain inconnue d'une maison inconnue...

Zamiel avait principalement perdu la majorité de ses beau vêtement et le peut qui lui restais étais déchirer et parsemer de trou de brûlure...il porta la main a son avant bras pour y activer son système ATLAS, mais celui si n'étais plus la. Il entendit un gémissement derrière lui plus loin. En tournant la tête il vit Maîîîître coucher le torse pointant le sol et les jambes haut lever sur un demi divan qui fut visiblement couper a l'aide d'une lame bien affuter... tout autour d'eux il y avais d'autre personne dans la même situation, mais totalement inconnue et principalement des femmes.
avatar
Agent
Messages : 7
Date d'inscription : 01/06/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vagabondages I

le Mar 7 Aoû - 16:45
*Hughhh*

Le réveil de maîîîître fut douloureux. Une fois sur pied, il constata avec amusement l'étendu des dégats. Parsemés entre les décombres et les corps inertes, quelques hommes et femmes nus ouvrèrent lentement les yeux. Maîîîître se dirigea dans la maison et s'affaira, malgré les cris des habitants qui s'opposèrent à l'intrusion d'un inconnu aussi peu habillé. Il revint, cinq minutes plus tard, habillé et transportant tasses et café pour tous les succubes occupant le terrain. Il passa d'une personne à l'autre distribuant blagues, compliments et caféine. Vint le tour de Zamiel:

Maîîîître: Je vous offre un café?

Zamiel: Volontiers.

Les deux hommes admirèrent le tableau: femmes et hommes riant nus, entre les décombres et les corps, témoins d'une fin de nuit torride mêlant sexe, violence et alcool. Les propriétaires, traumatisés, n'osaient pas sortir de leur maison. Les jadis éclatèrent de rire et burent une gorgée de café.

Maîîîître: La nuit semble avoir été bonne, mais j'avoue n'en garder aucun souvenir.

Zamiel: Pareillement. Mais plus inquiétant, mon ATLAS ne fonctionne plus.

Maîîîître: Ça veut dire que nous ne pouvons plus que voyager par les moyens conventionnels de ce monde.

Les deux se turent quelques secondes.

Maîîîître: Meadowmere street, nous ne sommes définitivement plus en Tchécoslovaquie. Et à voir les modèles de voiture sur la rue, nous sommes maintenant dans les années 2000.

Zamiel: Je dirais que nous sommes en banlieue d'une métropole américaine dans les années 2010.

Maîîîître: Nous aurions donc voyagé par sphère de transfert pendant la soirée?

Zamiel: Possible

Le jadis continua d'inspecter son système ATLAS. Il remarqua un impact de balle et, au milieu des circuits endommagés, retira une balle. Il la tendit à Maîîîître

Maîîîître, interloqué par la munition qu'il tint: Hummm, il s'agit d'une balle réglementaire de l'armée russe utilisée entre les années 40 et 90. Cela veut dire...

Zamiel, l'interrompant: Cela veut dire que mon système ATLAS a cessé de fonctionné alors que nous étions dans les années 70. Nous n'avons donc pas pu arrivé jusqu'ici par son intermédiaire.

Maîîîître: Mais comment avons-nous parcouru une quarantaine d'années, en plus de plusieurs milliers de kilomètres en une seule nuit?

Zamiel: Ça devient intéressant.

Et au moment où il dit ces quelques mots, une voiture noire arriva à pleine vitesse. À son bord, deux hommes en noir n'ayant pas l'air rigolo.

Maîîîître: Définitivement intéressant


Ce ne sont pas des rigolos
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 04/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vagabondages I

le Dim 4 Nov - 10:08
(Zamiel se retourna vers les 2 hommes en noir et leur fit signe de la main de les rejoindre)

Zamiel: ALLER VENEZ, ON NE MORD PAS VOYONS....

(Au même moment une main sortit de la masse de déchet sous zamiel et lui agrippa le pied pour le tirer vers le cœur de ce qui semblais être l'endroit le plus toucher par le vice et l'abu des bonne chose. Un mélange étrange de bouteille vide de plusieurs époque différente, de coussin broder d'or, de restant de nutriment raffiner et moins raffiner telle que du caviars et des cheeseburger. Tandis que Zamiel se fessais rentrer de force dans ce chaos, un petit rire féminin se fit entendre de la propriétaire de la dite main)

Voie: (hihihi) Moi je mord cependant Zamichou...

(A cette vision Maîîîître courue a la rescousse de son collègue pour le sauver, il agrippa la taille du detective et le retira a la surface, ce qui fit du même coup sortir la mystérieuse femme qui tentais de le kidnapper.)



(La femme n’étais visiblement pas de ce monde, mais les deux Jadis avais trop mal a la tete pour se rappeler de elle, mais elle étais définitivement très différente des autre dame qui traînais encore inconsciente a gauche et a droite du terrain. Celle si avais des vêtement impeccable  et d'une classe social supérieur et un air de dominante arborais son mignon vissage violet...comme si un titre ou un poste important lui étais rattacher. Elle regarda Zamiel avec un air moqueur tandis que Maîîîître étais sous le choc.)

Maîîîître: UNE ASARI??? Par quelle diable vous êtes vous retrouver ici, dans ce monde.

(L'Asari s'approcha de Zamiel et frotta sa main légèrement sur la joue du Détective.)

Lisa: Pour répondre a votre question le diable c'est Zamiel ici présent, et votre tête semble poser une autre question, qui suige! Je suis Lisaralia Myvo Veolla D'rianus, je suis la Jadis Prime de la guilde des marchants de L'Archivarium.

(Zamiel tout comme Maîîîîître ne semblais comprendre ce qui venais de leurs arriver, mais ils n'eurent pas le temps de continuer la conversation que les deux homme en noir étaient rendu devant eux la main lever a montrer leurs badge d'agent de terrain du Multivers... )

Homme en noir 1: Messieurs, nous allons avoir des question a vous soumettre, cela fais 30 ans que l'on vous cour après!
Contenu sponsorisé

Re: Vagabondages I

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum